juillet 5, 2022

La mère sacrificielle

Je vous partage dans cette mini BD, les clés qui m'ont aidée à sortir de la grosse dépression post-partum que j'ai vécue, des fois que cela pourrait aider d'autres que moi <3...

*Alors au final ma fille a un peu plus d’un an et demi au moment où je publie cette BD, tellement les tabous qu’il y a sur le sujet m’ont fait procrastiner ! :p 

 

Oui, bon, la chute a l'air hyper simple comme ça, avec Olivier qui s'épanouit dans son rôle de père et moi qui ai du temps pour moi... mais en réalité, cela a été tout un cheminement avec des tonnes de mises à jour à intégrer encore pour qu'on trouve un équilibre tous les trois. 

Parce que forcément, cela a remis en question l'équilibre de notre couple, et pleeeiiiin pleiiiin d'autres dossiers dont je n'avais pas conscience et qui m'ont explosés au visage ! ^^' (eh oui, ça a été la grosse machine à laver depuis plus d'un an et demi !)

Ce serait bien trop long d'en parler ici, mais je voulais déjà partager les quelques clés qui ont été un point de départ et qui m'ont permis de retrouver de la perspective... des fois que cela pourrait en aider d'autres que moi.

Je partagerai des clés de mises à jour plus générales (pas que pour parents) dans le tome 4 de "Emotions, enquête et mode d'emploi".


Et si cela t'intéresserait que je fasse un petit livret de survie psychologique du jeune parent où je partagerai quelques autres clés de parentalité que j'ai pu glaner dans ma courte de vie de parent, fais-le moi savoir en commentaire !
Je suis en train de réfléchir à la question...

——————UPDATE !——————
Comme j’ai eu des personnes intéressées pour diffuser cette mini-BD en format papier, et avec tous vos retours, je me dis qu‘éditer cette mini-BD peut déjà avoir un impact, en soi. Du coup c’est devenu un projet, et je suis en train d’en étudier la faisabilité ^^.
Et je ferai sans doute un livre avec d’autres clés supplémentaires dans un 2ème temps. 🙂

--------------

Merci aux formidables personnes qui m’ont accompagnée et transmis ces clés, et qui se reconnaîtrons 🙂 <3
Merci à toutes les personnes qui m'ont encouragées pour que je finisse cette BD !
Merci à Lucile Poirier, Estelle Lavie et Gaelle Guillaume pour la relecture ! <3



Cette mini BD vous a plu ?
Vous aimerez peut-être mes BDs publiées :


LAISSER UN COMMENTAIRE :

Your email address will not be published. Required fields are marked

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Super chouette mini BD! Pas facile quand on est dans la situation depuis trop longtemps (bientôt 5 ans!), mais ça pousse à la réflexion.
    Je serais intéressée par le livret de survie psychologique du jeune parent et j’ai super hâte de voir sortir le tome 4 🙂

    1. Merci pour cette bd pour l authenticité! La bienveillance! Les clés!
      En lisant je peux voir que je suis dans une direction à suivre mon caneton au lieu de lui montrer le chemin depuis 5 ans et qu évidemment ça n est pas juste! Merci de dire ça en toute franchise, humour, simplicité, le sujet est tellement délicat. merci du ♥️ de ce partage! J aimerais beaucoup lire un guide de survie ayant déjà creusé de nombreuses pistes et voyant que je beugue encore à donner la priorité à mes
      Besoins. Bonne création à venir, et merci pour toutes les créations d avant

  2. Mais oui ! Évidemment que vous avez raison d’illustrer cette période ! On ne dira jamais assez, soyez une mère imparfaite ! Faites avec qui vous êtes, comme vous êtes, au moment où vous en êtes !!
    Il vaut 10293839202873930393 fois mieux s’occuper de soi pour être bien, pour bien s’occuper d’autrui, bébé, enfant ou ado.. expliquer avant pendant et après est aussi une des clefs pour voir, sentir, entendre et ressentir cette respiration qui donne l’envol du cœur dans le corps et la tête

  3. Super bd comme d’hab !! Sujet vraiment essentiel et trop peu abordé….ça fait vraiment du bien de voir toutes ces clefs. Tu peu carrément en publier plus! Je pense que sur le sujet il ne pourra jamais y avoir assez de contenu bienveillant et authentique. Merci pour ton travail !

  4. Assez égoïstement, la première chose que j’ai pensé lorsque j’ai appris votre grossesse c’est « j’ai tellement hâte de voir sa réflexion autour de la parentalité ! »
    Je suis désolée que ça ait été aussi douloureux pour vous, mais encore une fois vos propos tapent dans le mille, et aideront plein d’autres mamans en détresse à avancer et s’en sortir. Alors OUI, s’il vous plaît, sortez un livre sur le sujet. Je connais un paquet de monde qui sera au rendez-vous…

  5. Je valide +++ pour un kit de survie pour les parents. Une bd entière pourrait aussi être une belle idée. Tellement de mamans qui se trouvent à naviguer entre culpabilité, non reconnaissance et recherche de la perfection.
    Tu as toujours les mots justes et la mise en dessin qui va bien. J’adore ton travail et je recommande +++ aux copines mais aussi aux parents que j accompagnent. Merci à toi 🙂

  6. Merci pour ce partage si authentique Art Mela ! J’ai la croyance que les enfants sont là pour nous faire évoluer, c’est grâce à mon premier enfant que j’ai découvert la CNV, Faber et Mazlish, les neurosciences sur le développement du cerveau de l’enfant, l’importance de passer du temps dans la nature, de cultiver la joie, l’émerveillement, la gratitude, l’amour inconditionnel. Devenir parent m’a ouvert un tel chemin de conscience et en même temps ce n’est pas confortable au début, j’ai eu la chance d’avoir une super sage femme, un conjoint très présent, une famille relai pour me retrouver seul ou avec mon conjoint, des nounous au top, les ateliers de la Leche League, les ateliers de soutien à la parentalité (je j’anime depuis 6 ans maintenant !).
    Pour moi il faut un village pour élever un enfant, une des clés est clairement le soutien, l’écoute empathique… Et tous les chemins de la connaissance de soi qui permettent de nourrir nos besoins, poser des limites, cultiver la confiance en soi, la pleine de conscience de l’instant présent, la joie du contact physique… Bref un chemin passionnant la parentalité

    1. Oui, une voie d’évolution un peu intense, mais intéressante, la parentalité 🙂
      Et être entouré, c’est sûr que ça aide <3

  7. J’attends mon premier enfant, j’ai été intéressée par cette première BD et j’attendrai les autres avec impatience =) Merci pour ton partage qui n’a pas du être facile ! Et merci pour ces 3 tomes sur les émotions qui ont ouvert une dimension de mon être que je n’aurais pas écouté sans cette lecture !

  8. Ah ce kit de survie réalisé à votre image ça me fait tant plaisir de vous lire à nouveau au travers de vos fantastiques BD !!! J’adooooorre ❤️ Merci pour tout ce que vous êtes et tout ce que vous transmettez avec talent ✨

  9. Tellement intéressante ta bd artmella merci pour ton partage et ta générosité ! Ça va aider plein de jeunes mamans . Je n’ai pas d’enfants mais j’ai une admiration sans borne pour les parents ! Des bisous

  10. Magnifique ! J’aurais rêvé lire ça quand je suis devenue maman pour la première fois ! J’adore ta manière d’aborder ce tsunami, c’est tellement pédagogique ! A partager ++++

    1. Ça me fait tellement plaisir que tu dises que tu aurais aimé lire cette BD pour ta première fois <3
      J’espère que cela aidera d’autres mamans <3
      Merci du partage !

  11. J’adore les dessins, les explications, je suis complètement d’accord avec le principe qu’une mère ne doit jamais s’oublier et toujours connaître ses limites pour que tout le monde aille bien.
    MAIS je ne suis pas du tout d’accord sur le fait qu’on doit habitué notre enfant a s’adapter à nous des les premiers mois et non le contraire. On doit s’adapter l’un a l’autre, s’apprivoiser. Il n’y en a aucun qui doit s’adapter au dépend de l’autre, ça s’appelle de l’adultisme ou du laxisme sinon. Chacun respecte les limites de l’autre, et je trouve que ca n’est pas assez explicite si c’est le message que vous essayez de faire passer.
    Je n’aime pas vraiment les extrêmes, et je trouve que dire de ne pas s’adapter aux besoins de son enfant et de lui imposer un moule c’est extrême.
    On peut tous trouver notre compte en nous respectant tous ainsi quand respectant les besoins de tout le monde.

    1. Oui tout à fait, Lilith.Bien sûr, il ne s’agit pas de revenir en arrière et d’imposer un moule à l’enfant en le dominant ! Plus de poser les conditions pour que le parent se sente bien, s’épanouisse, et donc soi plus naturellement disponible pour répondre aux besoin de son enfant.
      Et oui il y a un apprivoisement mutuel :).
      Intéressant d’avoir votre retour sur le fait que cela n’est pas suffisamment clair… Je vais réfléchir au truc.

      1. Bonjour,
        j’ai ressenti le même malaise en lisant la BD: un bébé tout neuf qui pleure et a des besoins naturels DOIT être entendu.
        bien sur que son bien être passe par le bien être de ses parents… mais attention aux excès, on ne peut pas mettre au même niveau les besoins d’un bébé et ceux de sa mère ou de son père.
        La capacité d’adaptation c’est les adultes qui l’ont. Ne pas oublier qu’on éduque nos enfants par ce qu’on est, pas par ce qu’on dit… si le parent fait preuve de souplesse et d’adaptabilité, il transmet ces compétences à son enfant, alors que si les parents sont rigides et dogmatiques, il transmettent cette façon d’envisager la vie: « il faut », « tu dois », etc…

  12. Félicitations et quelle belle audace de mettre tout cela en mots et en dessin !! Je suis grand mère et soucieuse de l’équilibre des générations à venir…cela passe aussi par de la prévention sur des sujets délicats comme celui ci…vous y parvenez parfaitement bien et je vous encourage vraiment à réaliser un guide plus complet que nous pourrions offrir aux futures mamans en cadeau de naissance pour offrir un espace de détente mentale bénéfique à l’enfant Merci pour toutes vos créations très inspirantes

      1. Waouh, fonce, c’est d’utilité publique ! Je suis passée par des expériences tellement similaires. Tout ça parce que j’ai eu une éducation qui m’a fait mal et que je voulais différente pour mes enfants. La parentalité positive m’y a à la fois aidée et enfermée dans la culpabilité et le déni de mes propres besoins. Cette voie du milieu que tu proposes à travers ces 3 clés sonne tellement juste !! Merciiii

  13. Merci de mettre des mots sur ce chamboulement et cette charge mentale que nous nous imposons. Je suis maman de deux filles avec deux ans d’écart et aussi maîtresse d’enfant en bas âge et ce n’est pas tout les jours facile. Je sens bien qu’il y a besoin d’un guide pour enlever cette pression et retrouver plus de sérénités.

    1. 2 enfants + une classe d’enfants en bas âge ?? Waouh !! Je trouve qu’seul enfant nécessite déjà tellement d’énergie… alors oui, tu peux déjà t’enlever beaucoup de pression ! C’est presque surhumain ce que tu fais, pour moi ! ^^’ Tu as toute mon admiration.

  14. Toujours aussi fan de tes BD Assimiler et appliquer ces clés et conseils ont changé ma vie, je me réjouis de lire le tome 4 ! Je dis souvent « il y a une part de moi qui… et en même temps une autre part qui… pas sûre que tout le monde me comprenne mais moi je me comprends mieux !! J’ai même prêté/offert les BD des émotions à une quinzaine de personnes, par ricochet, en comptant les ami-es/parent-es d’ami-es, c’est vraiment devenu la référence « aller mieux » !

    Et carrément pour un petit guide de survie à la parentalité car je pense que cela fait ressurgir les émotions et mécanismes compliqués de chacun-e donc mieux vaut s’y préparer !

    Merci pour tout Art-mella <3

    1. Hihi ! Merci pour ton retour, Juliette ! Je suis contente que le tome 3 t’ait permis de mieux de comprendre <3
      Et merci pour tes encouragements !

  15. Bonjour Armella <3,

    Vous êtes ma guerrière pacifique préféré. De mon fils qui a 12 ans aussi!
    Quand je pense le monde d'aujourd'hui qui m'angoisse un peu beaucoup…la seule clé encore possible à mes yeux, c'est l'éducation… l'éducation de connaissance de soi, dont la connaissance de l'autre se suit naturellement…empathie etc…en bref tout ce que nous avons pu trouver dans vos bd! <3 ensuite pour que l'enfant puissent apprendre a se connaitre il faut bien que les parents puissent le transmettre …. et bim! vous partagez vos clés! Vous êtes ma super héroïne! Merci infiniment!

    Milda

    1. Hihi ! Merci Milda <3
      Moi aussi je pense que cela passe par l'éducation ^^
      Là où c'est parfois chaud, c'est quand on a besoin d'évoluer soi-même pour transmettre 😉
      Mais bon, on est là pour évoluer, donc tout va bien, hihi ! 😉
      Merci pour vos mots chaudoudous ! ^^

      1. J’ai passé par là de dire aux autres ce que je devrais faire moi-même …
        Du coup maintenant c’est le grand ménage avant la transmission sans obligation..
        Écoute
        Partage..
        ..chacun son rythme..
        …ne pas savoir pour l’autre..
        … facile à dire et long a y arriver .
        ..la vie quoi..
        Merci pour votre grande aide dans ce chemin
        ❤️❤️❤️

  16. Merci, merci et encore merci pour cette bd que je vais m’empresser de diffuser le plus largement possible autour de moi. Quelle chance de pouvoir lire ce témoignage rempli d’amour qui peut tellement faire prendre conscience et faire avancer positivement.
    Oui, MERCI !!!
    Est-ce que cela fera partie d’un nouvel ouvrage un jour ? Je suis sensible aussi au fait que les hommes aussi endossent certainement un habit particulier qui leur appartient plus ou moins…
    Merci du fond du coeur et d’au-delà encore Armella

    1. Merci Gaëlle !
      Oui, je reçois tellement d’encouragement pour faire un livret (ou un livre) à ce sujet, que je suis bien partie pour le concrétiser ^^
      Ah ! Merci de mentionner l’habit sacrificielle des hommes aussi. On en discutait avec une copine… Je penserai à en parler, grâce à toi ! 🙂

  17. Wahou ! C’est magnifiquement vrai. Je vais m’empresser de lire vos ouvrages.
    J’aime les petits conseils que vous donnez même si malheureusement pas toujours facile de les mettre en place lorsque bébé pleure dès qu’on tente de prendre du temps pour soi!
    Mille mercis

    1. Merci Laurent !
      Eh oui, c’est pas toujours évident ! C’est même le défi le plus challengeant que j’ai jamais relevé ! lol ! ^^’
      Bon, ça dépend de l’âge du bébé aussi… on récupère plus d’espace pour soi à mesure que l’enfant avance en autonomie, je crois.
      Mais c’est au parent de poser ce temps pour lui (et non à l’enfant de laisser du temps au parent…) et je trouve que c’est tout un exercice d’écoute de soi et de respect de ses besoins, qui n’est pas forcément évident, surtout au début.

  18. Merci beaucoup Armella d’avoir terminé cette BD !
    J’ai été très touchée par ce que tu as traversé et je pense sincèrement que ça soutiendra bien des mamans. Je n’hésiterais d’ailleurs pas à partager ta BD à tous ces parents qui cherchent à être de « bons » parents…!
    Je n’ai pas vécu la dépression du post-partum, mais avec 3 enfants, j’ai également traversé des périodes compliquées en tant que maman par la suite et beaucoup de choses ont résonné…!
    Complètement pour le livret de survie du jeune parent ! Et du moins jeune… 😉
    Si tu es ok, je mettrai le lien vers cette BD et les autres sur mon site internet.
    Un énorme merci pour tout ce que tu partages. C’est toi qui m’a inspirée et m’a conduite petit à petit vers la CNV et l’IR. Et c’est tout simplement magnifique !
    Merci du fond du cœur !

    1. Merci pour ton témoignage, Emilie !
      C’est intéressant de savoir que des choses dans cette BD peuvent résonner, pas seulement pour le post-partum, mais après quand les enfants sont plus grands !
      Contente de savoir que tu t’épanouie à explorer la CNV et l’IR ! ^^ <3

  19. Ouiiiiii II pr le mini kit de survie du jeune parent
    Tes dessins et contenus sont tellement de qualité et accessibles, un grand OUI et un grand MERCI pr ton authenticité comme tjrs

  20. Merci de libérer enfin la parole. J’ai accouché il y a 15 ans et j’ai détesté sortir de la maternité. J’ai eu une super prépa à l’accouchement et je n’ai pas compris que l’on ne nous parle pas de ce que l’on allait vivre les 1ers mois! Fatigue, inquiétude, envie de la passer par la fenêtre, se sentir une mauvaise mère. Il y a tellement de tabou sur ce sujet et je trouve que ça n’avance pas très vite. Alors encore merci de nous aider à se permettre d’être vulnérable et imparfaite.

    1. C’est clair qu’il n’y a quasiment rien pour nous préparer aux premiers mois !!!
      Merci pour tes encouragements, Sandrine <3

  21. Merci !
    Super BD, ça me permet de me préparer mentalement pour pas tomber dans la dépression avec numéro 2 qui arrive bientôt 😉 !
    On oubli vite les clefs qui permettent de survivre.
    (Ceci dit numéro 1 et sa crise des 3 ans va ajouter un peu de piment !)

    1. Bon, tu as survécu au premier déjà ! C’est que tu as dû développer plein de ressources !
      Mais oui, 2 en même temps, c’est encore un level au dessus dans le challenge !! 😉
      Bon courage !

  22. Merci pour la mini BD… En tant que maman et grand-mère, je pense que « le kit de survie » est indispensable pour les jeunes parents d’aujourd’hui qui sont face aux belles images des parents parfaits sur les réseaux sociaux et qui se dévalorisent. Les trois premières années sont les plus compliquées pour le couple et il faut le savoir pour ne pas que le couple explose…
    Merci à vous et vivement le Tome 4..
    Marie- B. Rivers-Moore

    1. Merci pour vos encouragements, Marie.
      Intéressantes vos réflexions, et sur les réseaux sociaux, et sur le couple, merci !

  23. J’ai eu trois enfants, aujourd’hui des adultes. J’ai beaucoup lu… et je viens de vous lire. C’est parfait ! c’est plein de bon sens et tellement vrai. J’ai aussi écouté avec plaisir toutes les vidéos d’Ema Krusi sur la naissance et vraiment, c’est génial aussi. ça aide bien à comprendre… son travail est vraiment pertinent. J’ai déjà toutes vos BD… merci beaucoup d’avoir fait taire ce silence sur le sujet…
    Et vraiment désolée que vous ayez subi un accouchement aussi fastidieux et séparé de votre compagnon… c’est pas juste !
    Merci pour tout et je vous souhaite de très beaux moments en famille.

  24. BD hyper intéressante, merci beaucoup. Et je dis oui à un livret de survie 😉
    Perso, j’ai adoré ma première grossesse et ma première fille, tout a défilé nickel, j’ai adoré être enceinte, accoucher (trop fastoche!) , ma seconde pareil, mais avec mon troisième (et donc 3 enfants en moins de 4 ans) j’ai dû réactiver des sacrées blessures intergénérationnelles, sauf que je les ai pas encore trouvées… J’ai vu micro ciné, ethiothérapeute, j’ai fait des stages en développement personnel mais j’ai le sentiment de patauger .. y’a un truc qui m’échappe et j’ai le sentiment de devenir de plus en plus comme ma mère et c’était pas le but ! Je psychote un peu et du coup le quotidien est beaucoup moins glamour que ce qu’il était après ma première…Je me sens dépassée, je suis seule la journée avec eux 3, je fatigue et on vient de me dépister une endométriose (après 31 ans de regles abondantes!) Je vais me faire opérer bientôt mais le quotidien! Dur dur!
    Je vous embrasse et j’attends avec impatience le tome 4

    1. C’est dingue… je ne savais pas que cela pouvait être facile pour les 2 premiers, et que les trucs transgénérationnels se réveillent seulement au 3ème…
      Mais j’imagine bien que ça doit demander tellement d’énergie quand on est seul avec 3 enfants (déjà un, pour moi, c’est beaucoup ! hihi !)
      Peut être s’organiser pour avoir du relai au quotidien ?
      Bon courage pour cette période qui n’a pas l’air facile… <3

  25. « Et si cela t’intéresserait que je fasse un petit livret de survie psychologique du jeune parent où je partagerai quelques autres clés de parentalité que j’ai pu glaner dans ma courte de vie de parent, fais-le moi savoir en commentaire ! »
    C’est une excellente idée ! Merci de proposer ! Ce serait un beau cadeau aidant <3

  26. Du coup, je fais la différence entre les besoins et les envies que nous ressentons, ce que nous avons vécu et ce qui nous a forcément façonné d’une manière ou d’une autre, et ce dont nous avons hérité et dont effectivement le vieux modèle transgénérationnel s’active sans qu’on est rien demandé.
    C’est une trilogie il me semble.

    Je crois que j’en suis là … Je recherche activement le dictionnaire de tous ses programmes pour vite tout désinstaller. Je me sens prisonnière d’un poids qui n’est pas le mien mais qui me pourrit au quotidien.
    Je ne sais pas si j’arriverais à trouver un thérapeute suffisamment compétent pour m’aider réellement. Je suis dans Natacha Calestrémé actuellement.

    1. Il y a beaucoup de très bons thérapeutes… Le tout est d’en trouver un qui te convient à toi.
      J’ai acheté son livre aussi.. Mais perso, je trouve ça tellement plus confortable d’être accompagnée pour visiter mon inconscient que je vois pas très bien souvent (normal pour un inconscient, vous me direz!) que je me fais accompagner et que j’ai pas lu grand chose du livre pour l’instant ^^’

  27. Comme d’habitude, c’est super intéressant et bien illustré ! Rien que de lire cette mini BD je me rends compte qu’une part de moi angoisse à l’idée d’être maman par peur d’être trop imparfaite. Entamer cette réflexion avant même d’être enceinte ne peut que m’aider à vivre l’avenir plus sereinement.
    Bref, j’attends donc avec impatience la suite et je partagerai tout ce que vous pourrez réaliser sur le sujet.
    Merci beaucoup pour ce super travail.

    1. Merci pour ton témoignage 🙂
      Oui, je suppose que c’est encore mieux si on peut désactiver certains héritages transgénérationnels avant même d’être enceinte <3 ^^

  28. Génial le dessin de la maman canard qui ouvre la voie et du bébé canard qui suit… Un dessin vaut 1000 mots ! celui-là m’aurait tellement aidée quand j’ai voulu endosser le costume de la mère parfaite qui m’allait si mal ! Je ne suis plus en âge d’être maman mais plutôt d’être grand-mère et je serai ravie de pouvoir partager avec mes fils et mes belles filles le livret de survie des parents. Alors oui excellente idée que je ne peux qu’encourager chère Art-Mella

    1. Merci Constance !
      On m’avait donné cette métaphore de la maman canard, et cela m’avait vraiment marquée ^^
      Merci pour vos partages et encouragements, Constance <3

  29. Merci beaucoup ça me parle aussi !!!
    J ai fait un burn-out après mes deux enfants car ayant eu une mère peu présente je me suis toujours dit sur je serai là pour mes enfants oui mais en compensation sûrement trop et à vouloir trop bien faire… et comme en dev perso à vouloir tout bien faire au mieux pour eux allaitement cododo portage et culpabilité de galérer à le faire et en l oubliant tout simplement y compris les rythmes de sommeil ou je tirai mon lait avant qu il ne se réveille quand il ne voulait plus le sein et jusqu a un an car c était bon pour son immunité à dormir avec lit jusqu a 3 ans la galère etc etc etc et à tout faire en fonction de lui et pas de moi jusqu a culpabiliser de faire des choses pour moi et même de retravailler alors que je ne suis pas faite pour être à la maison que mes amis me manquent….. n importe quoi je m en rend compte vraiment maintenant mais il a 4 ans et j y ai laissé des plumes… ma grande a bientôt 16 ans après 13 ans je pensais que tout serai simple et ben pas dutout et pareil j avais tellement cheminé et dépasser de choses avec ma fille et bien avec mon p’tit gars c plein d autres paquets transgenre rationnels qui me sont tombés dessus dont je ne m attendais pas dutout….. et ouffff ben dur dur à l intérieur aussi et pas assez de temps et d autorisation de m occuper de moi et du coup de la colère contre mon Loulou et on fait attention aujourd’hui à ce qu il ne soit pas dans la toute puissance….
    Aujourd’hui je vois tout ça mais merci beaucoup pour ta Bd merci pour les nouvelles mamans qui veulent si bien faire qu elles s y perdent et on a pas de mode d emploi….
    Belle continuation à toi ta fille ta famille et bec ce nouveau cadre pour toi 😉

    1. Merci pour ton témoignage !
      Oh oui, la culpabilité ! ça résonne tellement pour moi !
      J’ai culpabilisé aussi en me remettant à avoir des activités professionnelles, c’est marrant (ou pas marrant ^^’ )!
      Et le fait de vouloir compenser pour l’enfance qu’on n’a pas eue, ça me parle aussi beaucoup !

      Je pense que commencer à enlever la robe sacrificielle maintenant (même si tes enfants sont déjà assez grands), c’est toujours mieux que jamais <3 (pour toi, et aussi pour eux... car tu leur transmets le sacrifice et l'oubli de soi aussi en te sacrifiant pour eux. Et s'ils ne veulent pas de cet héritage de sacrifice, ils peuvent se construire par opposition à toi... ce qui peut être assez violent à vivre... Je connais quelqu'un dans ce cas, en tout cas.

      Et oui, je crois que s'autoriser à exister et prendre du plaisir dans la vie, quand a eu une éducation plutôt castratrice, c'est une grosse révolution dans notre manière de fonctionner, et que cela peut se faire par étapes ?

      Belle continuation à toi et ta famille aussi !

  30. L’image de la cane et son caneton me parle tellement !
    Pas toujours évident quand l’enfant n’a pas envie de suivre ou qu’il faut l’attendre … surtout dans nos vies si remplies.
    Reprendre la main sur sa vie, les enfants nous y obligent si on ne veut pas que notre vie devienne un enfer, ou la leur, et souvent les 2.

    A fond pour le livret de survie pour jeunes parents et vivement le tome 4.
    Et je renchéris sur le commentaire de Gaëlle : un focus spécial sur le costume du papa ?

    1. Merci pour tes encouragements, Mélanie !
      Oui, pas toujours évident… On fait ce qu’on peut à l’endroit où l’on est ! ^^
      C’est intéressant que tu vois que les enfants nous obligent à reprendre la main sur notre vie !

      Et comme je disais à Gaëlle, oui un focus spécial sur le costume transgénérationnel du papa, c’est noté ! 😉
      Merci !!

      1. Ça a été mon chemin de vie à moi en tout cas.
        Je ne me souviens plus si tu as toujours été à ton compte mais avec le recul, je me rends compte que le salariat est une prison plus ou moins dorée pour beaucoup. Et c’est souvent un électrochoc qui nous en fait sortir : maternité, maladie, décès, burn out, accidents de la vie en tout genre…
        Moi ce sont mes filles qui m’ont permis d’ouvrir les yeux sur le fait que je me laissais ballotter par la vie et qu’en faisant ça, je ne pouvais pas prendre soin d’elles et encore moins de moi ou de mon homme.
        Je passais mon temps à courir, à les faire courir et je n’en avais quand même pas assez pour tout faire.
        Tout ça sur fond de crises quotidiennes, de maltraitance et d’auto-maltraitance.
        La vie parfaite quoi
        Bref, grosse remise en question, pas mal de lecture, pour finalement passer à mon compte pour organiser mon temps comme je voulais pour prendre soin de ma famille et surtout de moi.
        Et ça c’est encore une autre histoire avec son nouveau lot d’héritages transgénérationnels
        Éducation, entrepreneuriat et thérapie, on en parle quand tu veux
        J’aimerai écrire un livre sur le sujet, pourquoi pas en BD ! J’ai vu et je vois encore trop d’entrepreneurs se casser la figure à cause de leurs blessures du passé non surmontées.

  31. Bonjour Armella,
    Merci beaucoup pour cette BD. J’ai 3 enfants (la plus grande à 7ans) et j’aurais vraiment aimer lire cette BD plus tôt. L’habit de la mère parfaite ne m’est jamais bien allé et je pense que je le savais, avec une seule fille ça allait, on arrivait à la faire garder et à partager les moments avec mon conjoint mais ça c’est compliqué avec 2 et maintenant avec 3, je n’ai pas encore trouvé la solution. Je me disais que c’était à cause de mon travail qui était trop stressant et prenait trop de temps et que quand les enfants serait plus grands ça irait mieux. Bref, ça m’a fait du bien de lire cette BD et je serais très intéressée par un petit livret de survie psychologique du jeune parent.
    Merci!

    1. Bonjour Fanny,
      Merci pour ton témoignage <3
      Je n’ai pas de solution toute faite non plus, mais il y a un gros déni de la société sur le fait qu’un enfant c’est tellement énergivore ! Alors 3 enfants + un boulot stressant, ça me parait beaucoup, beaucoup d’énergie…
      De tout cœur avec toi <3

  32. Merci pour ce partage de vulnérabilité.
    Dès que j’ai des proches qui entrent dans la maternité …..je vais désormais toujours les questionner sur ce qui ne va pas……et je sens que ça les libère……tellement d’injonctions effectivement ou de raisonnement dans l’inconscient collectif.
    J’aurai aimé connaître tout ça avant.
    Depuis que j’ai eu mes jumeaux il y a 5 ans …..j’ai beaucoup cheminé….sur mon boulot de parents, mes besoins, l’éducation, mes valeurs, l’important pour moi dans cette vie …grâce à vos livres et bien d’autres.
    Merci Armella. Votre travail, vos recherches nous aident…continuez

  33. Merci pour cette jolie bd ! Je vais la partager autour de moi 🙂
    Elle me pose plein de contradictions pour moi… Personnellement j’ai vécu beaucoup de violences ordinaires jusqu’à avoir coupé les ponts avec ma famille car justement le rythme/ limites/ envies/avis de mes parents ont toujours eu raison des miens.
    J’ai plutôt l’impression d’avoir couru derrière eux sans avoir de place, et même être victime parfois d’humiliations, et d’être gâtée matériellement d’un autre côté.
    Pourtant il est vrai que j’ai toujours vu ma mère fatiguée, et être seule responsable presque, aux côté de mon père qui était le pilier financier.
    Alors je n’arrive pas à être vraiment d’accord dans cette description. Enfin, parce que j’ai un filtre très violent sur les besoins qui sont niés de part mon expérience, et surement que dans ta bd c’est sous entendu que les besoins du bébé sont pris en compte tout de même. Ce qui m’apparaît comme important c’est surtout que le bébé se sente aimé malgré les limites du parents, sans conditions, et que les limites ne doivent pas être perçues comme un désintérêt, ou un abandon.
    Mais c’est vrai que concrètement, il faut être deux ou plusieurs pour se passer le relai c’est hyper important !
    Ca donne matière à réfléchir merci !

    1. Merci pour ton partage, Sarah !
      Cela me permet de mieux préciser mon propos et d’être peut-être plus claire. (en tout cas j’ai un peu modifié la BD du coup, pour apporter plus de clarté là dessus, car une autre personne m’avait fait la remarque)

      Je comprends bien que cela puisse soulever des contradictions ^^.
      Je me suis beaucoup questionnée aussi, en pensant à mes parents qui étaient surement dans le sacrifice, puisque c’est ce qu’ils m’ont transmis… et le sentiment de ne pas avoir reçu ce dont j’aurais eu besoin.

      Je pense que quand le parent se sent bien dans ses basquettes, il est plus à même de s’occuper des besoin de son enfant et surtout de tisser un lien d’amour avec lui. C’est totalement différent d’un parent dans le sacrifice, qui peut très bien s’occuper des besoins matériels et corporels de son enfant, mais qui va avoir du mal à tisser un lien d’amour nourrissant. Car la posture du sacrifice génère frustration, tristesse, anesthésie, et une rancoeur lantente envers son enfant.
      En tout cas c’est ce que je ressens, de mon expérience et en temps qu’enfant, et en tant que maman.

      Merci de m’avoir amenée à réfléchir là dessus ! 🙂

  34. Merci pour tes réflexions très inspirantes pour mon compagnon et moi, qui sommes en projet pour devenir parent 🙂 cela me parle beaucoup et je vais partager le lien de cette page immédiatement à plusieurs amies auxquelles j’ai pensé en lisant tes bulles (mais je serai ravie de leur offrir la bd si elle sort un jour 😉 )

  35. Merci beaucoup pour la mini bd sur le post partum, ca ressemble à ce que j ai vecu !
    Merci de mettre des mots et des iages sur cette periodes et des pistes pour la traverser plus paisiblement. Mon enfant a 15 mois maintenant et je realise tout juste la grande aventure de cette première année si intense et bouleversante qui est sensée être « la plus belle periode »…
    Un grand OUI pour un manuel de survie !!!
    Ca me parait bien necessaire 😉
    J echangeais justement aujourd’hui avec d autres mamans sur la nécessité de prendre soin de soi. Merci d alimenter mes reflexions et de partager ton experience, c est precieux. Aurélia

    1. <3 <3 <3
      C’est sensé être rien du tout, moi je dis ! ;) C’est comment tu le vis, toi, dans ta vérité vraie, et puis c’est tout ! ^^

  36. Encore une nouvelle BD enrichissante, tous les manuels me servent au quotidien toutefois c’est un travail permanent que de mieux communiquer
    Celui ci permettra d’apporter un éveil à la vie dès les premiers jours de l’enfant autant que pour lui et la mère c’est fabuleux
    Je ne me lasse pas de te lire merci pour ton travail

  37. Merci pour cette mini-bd, je suis toujours aussi fan de tes dessins et de ton rendu très pédagogue de sujets complexes <3. de mon côté je n'ai pas fait de dpp mais j'ai fait un burn-out après ma deuxième en ayant activé à fond le mode 'injonction ++/perfectionnisme' incarnation de la mère/conjointe/collègue parfaite et qui doit être heureuse de l'être… hum, hum….. en dehors des clés qui tu as déjà cités, tes 3 bd sur les émotions m'ont aussi beaucoup aidé ainsi que les livres de Jesper Juul sur l'équidignité et la culture de la fabulosité imparfaite avec les 'Fabuleuses aux Foyer'…voilou. encore merci pour ce partage : on gagne à dire 'moi aussi' 😀 une belle journée à toi <3

  38. Comment ne pas culpabiliser de ces 30%… Quand on s’est construite sur le modèle de la maternité rêvée ? Je comprends mieux ce qui a pu être un frein à mon épanouissement, je n’allais pas bien avant, je n’étais pas satisfaite de ma vie sociale et avec un enfant difficile de l’intégrer à ta vie quand tu avais déjà le sentiment de ne pas en avoir…
    Merci pour ton travail, ça pousse à la réflexion (même si les enfants sont aujourd’hui plus grands)

    1. Eh, oui, j’avais hésité à le dire clairement, mais tu as lu entre les lignes : difficile d’intégrer un enfant à sa vie si on n’a l’impression de ne pas en avoir. Apprendre à exister… rien que ça ! (J’y ai beaucoup travaillé depuis ces 1 an et demi, et j’y travaille encore !)

  39. excellent ! merci.
    C’est un sujet qui taraude ma femme donc je suis réellement preneur. Au plaisir de continuer à vous suivre.

  40. Top Armella cette BD. Elle m’aurait bien aidé il y a 10 ans! Ou peut-être pas! Je crois qu’à l’époque, je n’aurais pas été prête à recevoir de l’aide. Parce qu’il y a cela aussi: être parent, ou simplement un être humain, c’est accepter aussi de recevoir! Gratitudes infinies pour ta contribution à un monde plus conscient et bienveillan! Tes BD permettent de porter à notre conscience ces éléments inconscients qui parasitent notre alignement à qui sommes vraiment ! Bel été !

  41. Je suis super fan comme d’habitude ! J’ai commencé avec les 3 tomes et maintenant je lis cette mini BD et je suis enceinte

  42. Bonjour, j’aimerais bien avoir cette BD en version PDF pour l’imprimer et la mettre dans mon cabinet médical SVP. Est-ce possible?
    Je suis très intéressée par la BD sur la parentalité.
    J’en profite pour vous demander comment commander Allo Moi M’aime. J’ai demandé plusieurs fois sur le site sans succès. Comment puis-je faire pour la commander?

    Merci beaucoup.
    Belle journée

    1. Bonjour Aurélie,
      Merci pour la question !
      Comme j’ai eu plusieurs demandes pour une version papier à mettre au cabinet, je suis en train de réfléchir à l’éditer pour la proposer en version papier. L’idée serait de faire un petit format A5 agraphé, afin de privilégier un petit prix, et que cela soit facilement partageable par les accompagnants autour de la parentalité. J’en profite pour vous demander votre sentiment là dessus : est-ce que cela pourrait vous intéresser dans ce format ?

      Et Sof vous a déjà répondu pour la commande de « Allo moi m’aime » 🙂
      Si vous rencontrez des difficultés dans la commande, vous pouvez envoyer un mail à sav@conscience-quantique.com et Olivier se fera un plaisir de vous aider. 🙂

      Merci à vous !
      Belle soirée

  43. Bravo Armella ! Encore une BD qui touche juste et au coeur de la question. Merci
    Moi, ça fait 22 ans que je travaille l’art d’être maman, et j’apprends encore, et mes enfants aussi ! Comme toutes les recherches, c’est le chemin qui compte, pas vrai ?
    Amitiés

  44. Un petit livret de survie psychologique du jeune parent quelle formidable idée ! j’ai tellement galéré à la naissance de ma fille, je me suis perdue, j’ai déprimé et je culpabilisais tellement quand j’entendais des petites phrases du genre « comment peux tu être déprimée alors que tu vis le plus beau moment de la vie d’une femme ?… »
    Merci pour cette BD et pour toutes les autres qui sont si inspirantes 🙂
    Etre maman est une aventure incroyable quand on réussit à rester alignée et connectée à ses besoins (tout un chemin!)
    Bien à toi
    Caroline

    1. Merci pour ton témoignage Caroline !
      Haha ! Comme si ce qu’on est sensé vivre avait plus le droit d’exister ce qu’on vit vraiment…
      Eh oui, tout un chemin ! (Et j’en suis qu’au début ! Haha !)
      Joyeux cheminements à nous ! ^^

  45. Super cette BD Armella!! Et très sympa de partager pour déculpabiliser les mamans. Je me reconnais dans pas mal de points et encore une fois c’est très bien expliqué. Je suis très sensible au sujet de l’arrivée d’un enfant dans le foyer et de l’équilibre familial. Les clés que tu donnes sont top, on en veut encore ^^. L’arrivée du 2e enfant a été aussi une sacré aventure de notre côté.
    Bravo et merci de ce partage.
    Célia

    1. Merci Célia !
      Waouh ! Un 2ème enfant, c’est sûr que ça a dû être quelque chose ! (Déjà que c’est toute une aventure avec un seul !! ^^’ ) Bravo à vous !
      Bisous !

  46. Bonjour Armella!
    Merci pour cette nouvelle BD sur ce thème sensible, je ne suis pas (encore? ^^) maman mais le sujet me touche quand même.. ça fait écho à mes différentes parts.. de féminité.. ou pas! .. Et à mes relations pro, perso.. même avec les animaux qui m’entourent! ^^ C’est dingue car le principe de d’abord s’écouter et respecter sa zone de besoins et ses envies revient comme une base fondamentale et pourtant.. tellement de conditionnements ancrés qui nous font nous oublier.. tout remettre en question, douter et culpabiliser.. combien de leçon de la vie pour intégrer vraiment le truc ..?! ^^’ Bref, j’aimerais souvent que tout soit plus simple, juste être moi et avancer dans la vie, légère.. Mais la réalité c’est que j’aime cette complexité, j’aime étudier ces questions et moi-même, et je suis une fana de recherche de justesse. Alors un peu d’indulgence pour moi, et je te souhaite de t’en offrir énormément, avec humour, auto-dérision, lâcher-prise.. Et beaucoup d’amour pour soi! 🙂
    Concernant l’écriture de guide, BDs.. Bien sûre qu’on sera nombreux au RDV quoique tu décides de faire! Et pour quelque chose concernant la parentalité, je te fais complètement confiance pour nous sortir un contenu d’une grande qualité quand se sera le moment! Comme tu sais si bien le faire! 😉 Et peut-être que ça prendra du temps, peut-être que la forme sera encore originale et créative, certainement même. Peut être que tu choisiras une forme moins travaillée.. juste de partage d’expérience et de doutes.. car tout à sa place et tout saura toucher les gens, tant que c’est fait avec sincérité.. et ça tu sais déjà le faire. En tout cas j’ai hâte de voir ce que tu mijotes hihi. 🙂 🙂 Et n’oublie pas: pas de pression vis à vis de nous lecteurs/public, le plus important c’est que ça fasse sens pour toi d’abord! Et plaisiiiir!
    Je te souhaite de bien t’amuser, et de bien t’offrir des temps de repos!

    1. Hihi ! Tu m’as bien fait rigoler avec ton « la vérité, c’est que j’aime cette complexité ». ! ^^ <3

      Merci pour cette ouverture à la création et au partage sous toutes les formes qu’elle peut prendre <3 C’est bon ! ^^
      Héhé, et oui, j’apprends la tempérance en ce moment, alors j’ai prévu de m’offrir du temps de création et d’expérimentation, de respecter mon rythme et d’avoir une vie, en plus d’avancer mes projets BDs <3

  47. Qu est ce que j’ai pleuré en lisant! Ça a réveillé tellement de choses en moi et pourtant je suis Doula et je sais tout ça mais de lire mot pour mot ce que j’ai traversé et traverse encore avec ma fille de 5 ans me réveille vraiment! Je suis pour à 10000% que tu fasses un livret à destination des jeunes (et moins jeunes) parents! Merci pour ton travail et tes partages!

    1. Ooooh !! Que je suis touchée en lisant ton message <3
      Merci pour tes encouragements ! <3
      Bon courage aussi à toi sur ton chemin <3

  48. Merci Armella pour ce partage qui résonne fort! Mon petit garçon a 3 ans. Pendant 2 ans j’ai essayé d’être la maman parfaite et j’ai réalisé après beaucoup de passages à vide que ça ne me convenait pas. Maintenant j’essaie de poser mes limites. On apprend énormément sur soi avec un enfant, c’est confrontant mais tellement salvateur au final. Merci de partager ton vécu et tes ressources aux jeunes parents. Cela permet de se sentir moins seul et de trouver des solutions.

    1. Merci Carine pour ton partage !
      C’est clair qu’on apprend énormément sur soi avec un enfant <3
      Bravo pour poser tes limites <3
      Et moi aussi je me sens moins seule avec tous vos partages <3

  49. Bonjour Armella,
    je suis actuellement en formation IR donc ça associe pas mal en ce moment 😉 . Et cette BD tombe à pic!!! Ma part de jeune maman d’une petite Amaïa de 20 mois se sent vu et comprise. Comme cela fait du bien!!! Merci pour ce prisme rempli de douceur. Ma part orthophoniste projète l’idée de ce petit guide de survie ou plutôt de « vie » comme une magnifique pépite à diffuser auprès des parents de mes patients, amies…. Alors je me tiens toute disponible si besoin, à bientôt qui sait!!

    1. Aaaahh survie ou vie, très juste remarque 😉 (surtout en étant en formation IR)
      Merci pour tes encouragements ! A bientôt qui sait ^^

  50. Bonjour Armella, Merci infiniment pour cette BD qui ne traite pas des sujets faciles et qui est limpide comme toutes vos BD d’ailleurs ! Merci aussi d’être si vraie c’est très touchant.
    Ce que je ne trouve pas évident avec la clé 2 c’est que parfois les besoins de l’enfant ne permettent pas de satisfaire nos propres besoins et boulversent très souvent nos plans. Cette clé nécessite donc beaucoup de souplesse et surtout de ne pas trop prévoir mais surtout de vivre l’instant présent en restant le parent qui décide en prenant en compte les besoins de son enfant à ce moment là. Je trouve également l’idée du kit de survie top ! Bonne continuation

    1. Merci Marie-Cécile, pour cette remarque très judicieuse !
      Moi aussi j’ai galéré un bon moment avec la clé 2. Il y a des clés complémentaires que j’ai intégré par la suite, et qui m’ont permis d’avoir plus de clarté sur là où je pouvais effectivement mener ma vie, et là où les besoins de l’enfant sont une priorité… (et avec la clarté, cela m’a permis d’être beaucoup plus posée) Mais impossible de tout partager en même temps… Ce sera dans le kit de survie ! 🙂
      Bonne continuation également !.

  51. Bonjour, je suis impressionnée par la qualité du propos et de la manière dont tu as créé cette bd. Bravo ! Le message est très significatif et je souhaite que tous les nouveaux parents puissent le voir et surtout le comprendre et le mettre en action dans leur propre vie.

  52. Bonjour,
    un grand merci pour cette bd : aborder ce sujet et l’aborder avec délicatesse.
    j’aurais aimé la lire quand j’étais jeune maman !
    Bonne route de parents à vous 2 🙂

    1. <3 <3 <3 Qu’est ce que ça me touche quand je lis cette phrase « j’aurais aimé la lire quand j’étais jeune maman »
      Merci !!
      Bonne route à toi aussi, Josette !

  53. Bonjour art-mella,
    Merci pour cette mini-BD, très bien expliquée, vulgarisée et imagée comme d’habitude.
    Je ne suis pas maman, mais je pense que cela peut aider plein de femmes ce genre d’histoires sincères basées sur l’expérience, la dépression post-partum est malheureusement encore assez taboue aujourd’hui, et la pression sur les femmes toujours plus grandes. Pourtant, je pense qu’il est essentiel de rappeler qu’accoucher et élever un enfant bien que ce soit courant n’est pas pour autant banal et facile. Autrefois les gens vivaient en communauté et on dit bien « qu’il faut tout un village pour élever un enfant », ce qui veut dire qu’élever un enfant à deux voire seul.e, c’est vraiment une tache difficile qui n’est pas forcément « naturelle » justement, mais sociétal.
    Être parent c’est difficile, et être l’enfant aussi car rien ne sera jamais parfait et on peut toujours faire ou se faire des reproches, mais je trouve que c’est un super bon conseil d’écouter nos propres besoins en premier (l’exemple de la maman canard qui guide et non l’inverse est top!).
    On nous a beaucoup appris à nous sacrifier dans la société (et en tant que femme d’autant plus ) et être « égoïste » est mal perçu, alors que justement la clé du bonheur est d’être bien avec soi-même d’abord pour pouvoir être bien avec les autres, on en prend enfin conscience aujourd’hui, ce qui est prôné aussi par le développement personnel.
    Les enfant sentent tout ce qui se passent autour d’eux, même si on leur dit « je vais bien » ils sentent quand ça va pas, ce sont les actes qui les éduquent finalement et pas que les mots, ils reproduisent ce qu’ils voient.
    Lire cette petite BD m’a aussi fait permise d’avoir davantage de bienveillance envers ma mère qui s’est sacrifiée pour les autres et pour moi en tant qu’enfant, je me rend compte que ce sont des modèles transmis inconsciemment depuis des générations et que nos parents ont cru bien faire ainsi.

    Sinon je vote pour « le livret de survie psychologique du jeune parent », très bonne idée. Vos B.D. sont très utiles, elles aident beaucoup de monde, et devraient être diffusées partout. J’ai hâte de lire le tome 4.
    En tout cas, c’est beau tout ce chemin parcouru de déconstruction des schémas et de voir votre avancée.
    Prenez soin de vous, bon courage et beaucoup de bonheur à vous et votre petite famille.

    1. Merci pour tes réflexions et tes parages, Kat <3
      ça me touche et résonne pour moi, ce que vous dites sur vos parents qui s’étaient sacrifiés, en leur temps.

      Merci de voir mon cheminement avec cœur et bienveillance <3
      Prenez soin de vous aussi !

  54. coucou
    merci pour cette belle BD qui parle d’un sujet difficile.
    J’ai hâte de voir le tome 4 et ce petit livret, peut-être qu’il m’aiderait à réfléchir plus sereinement à l’idée d’être maman, pour l’instant je vois surtout les tracas et les pb. La pression de la maman parfaite avant même d’avoir prit la décision d’être maman 🙂

    1. Hihi ! Moi je trouve que c’est beaucoup de lucidité que de voir ce que cela peut emmener comme défis à relever, et de se demander si on veut vraiment avoir à les relever, ou pas 😉

  55. Coucou Armelle <3
    contente de découvrir ta nouvelle pépite ! tu as une façon de mettre en mot et image qui est si chouette, j'ai l'impression de le comprendre différemment 😀
    du coup je me demande comment c'est possible que tu procrastines tellement ça fait toujours wahou de te lire 😉 même si une autre partie de moi imagine assez bien le truc lol

    en te lisant je me dis mais oui bien sur !
    en pratique parfois j'ai envie de m'occuper au jardin et J pas du tout envie de sortir alors oui il joue dans la maison mais m'appel 15 fois pcq il a peur ou besoin d'aide ou envie de compagnie… du coup j'en arrive à mon besoin contre son besoin… bref pas si simple mais c'est vrai que si moi je suis nourrie je me sens mieux et je vis bcp mieux les 15 appels 😉

    J'adorerais qu'on puisse transmettre ta bd à la sortie de la mat
    alors un livret ça serait trop cooooool !! fonce !!!
    Biz Sofi

    1. Merci Sophie ! <3
      La procrastination et moi, on se connaît bien, mais bon… On pourrait aussi dire que les choses se font en temps voulu 😉 . Tout dépend du regard 😀

      Alors, je crois que ça dépend de l’âge, mais on m’a dit que quand ils sont petits, ils sont besoin d’être à côté quand on fait nos trucs… (j’avais pas totalement réalisé avant qu’on me le dise)
      Du coup, je l’emmène avec moi au jardin, ou je fais mes trucs sur mon ipad à côté d’elle. Quand j’ai eu du temps pour moi, je suis plus dispo pour jouer après plaisir avec elle après… Quand j’oublie de m’accorder ses temps, j’en peux plus au bout de qq heures !! 😛 !!! Et heureusement il y a le papa la plupart du temps (non non, c’est pas de la triche d’avoir du relais… c’est vital !!! ;))

      Merci pour tes encouragements !! 😀
      Yess !!!!

  56. Bonjour Armelle,
    Ta BD est vraiment extra, comme le dit Marie pas facile de sortir de la situation quand on est dedans depuis trop longtemps (3 ans pour moi)… je me tape une bonne déprime, et l’approche de la rentrée me met encore beaucoup de pression (je vais sortir du cocon avec la Nounou…) .lire ta BD me donne un peu d’espoir pour trouver de la sérénité. alors forcément je dis oui pour ton guide de survie psychologique.
    c’est vraiment appréciable de pouvoir lire les commentaires d’autres Mamans pour se retrouver dans des préoccupations;
    MERCI ARMELLE!

    1. Merci Anne pour ton message qui me touche beaucoup !
      Oui, il y a toujours de l’espoir ! Il parait que les enfants sont très malléables, et que ça peut évoluer rapidement. <3 <3 <3

  57. Je ne suis plus un jeune parent, mais un guide de survie psychologique du jeune parent nous auraient été très utile il y a 20 ans et je ne doute pas qu’il le sera pour d’autres aujourd’hui, alors Fonce Armella !!
    Merci pour la qualité de ton travail.

  58. Livret de survie, je vote pour !!
    Cette BD m’aurait été essentielle pour comprendre la dépression que je traversais (je flotte encore un peu dedans)
    Merci pour ça et encouragements pour la suite !

  59. Je suis consternée en lisant ça : ben voyons cest bien sur, cest encore de la faite des mères qui n’ont pas fait les bons choix de priorité et qui se retrouvent en burn out. Votre discours est un de plus très culpabilisant : « ya qu’à décider que c’est l’enfant qui suit le rythme de vie de la mère « . Ben voyons. Occultons tout de suite le fait d’avoir plusieurs enfants (et donc de multiplier les demandes et besoins primaires pas forcément synchrones), et puis des enfants avec des besoins spécifiques comme il y en a beaucoup (des tda aux hpi) qui ne se contenteront pas de suivre sans broncher, et puis bien sur vivre sans contrainte professionnelle…. et puis impasse sur la physiopathologie de la dépression du post partum, qui est loin d’être causée par une erreur de posture maternelle.
    Sérieusement, il faut éviter de dire des bêtisesvpareilles

    1. Ce n’est pas la faute des mères. C’est la faute de la société qui met la pression aux mères pour qu’elles soient parfaites.
      C’est tellement différent !
      Et puis ne pas parler de quelque chose ne signifie pas le dénigrer… Il me semble qu’elle a juste choisi de cibler un sujet.
      Quand je lis la centaine de réactions qui précède, je ne crois pas que ce soit des bêtises…mais peut-être simplement que ça ne vous parle pas à vous…

    2. Bonjour Adem,
      Je suis désolée si vous vous êtes sentie attaquée et si vous avez trouvé cela culpabilisant. Ce n’était pas l’intention.
      Je partage juste des clés qui m’ont aidée, moi, à sortir de la dépression PP que j’avais faite. (Et j’étais bien contente d’être accompagnée pour désamorcer un héritage inconscient que je subissais complètement.) Il me semble naturel que cela ne parle pas à tout le monde. Et effectivement cela doit être super chaud avec plusieurs enfants ! Je ne peux pas en parler, j’ai décidé de m’arrêter à une seule… je trouve ça déjà assez difficile et énergivore ! ^^’

  60. +1 pour le guide de survie
    Mon fils a beau avoir 10 ans je réalise grâce à cette BD, que j’ai du mal à me retrouver. Je ne m’accorde pas assez de temps
    Je sens souvent ce besoin indicible de me retrouver, seule dans ma tête tout en cherchant ausdi à établir des liens avec du monde, des adultes?

    1. Merci cèl !
      Juste avec tes quelques phrases, je ne sais pas si je peux comprendre ce qu’il se passe pour toi… En tout cas, on dirait que tu as commencé à flairer la piste des questions pour mieux te comprendre toi même <3

  61. Bonjour, merci beaucoup pour votre mini bd. J’aime beaucoup l’image de la robe de la maman parfaite. Votre témoignage est tellement juste, si bien illustré et raconté. Ma fille a 5 ans et ça été le tsunami émotionnel….j’en suis arrivée à vos conclusions (après 5 ans, un 2e enfant et une séparation !) La seule chose que je rajouterai c’est l’importance du tiers séparateur. Quand on arrive à se séparer de son enfant on change de paradigme tout devient tellement beaucoup plus facile et léger . Être une mère isolée ou en couple avec un conjoint violent ou non soutenant rends extrêmement difficile cette séparation d’avec son enfant. Et l’importance d’être dans un environnement bienveillant pour diminuer le stress. Témoignage d’une mère isolée,isolée…pas tant que ça quand je lis votre mini bd on se sent moins seule 😉 merci encore pour votre travail….

    1. Merci pour votre témoignage, Catala !
      Intéressant que vous en soyez arrivée aux mêmes conclusions, par l’expérience !
      Oui, je ne sais pas comment font les parents solo… je trouve cela surhumain °_°
      Merci pour vos partages <3

  62. Un grand merciiiiii pour cette publication ! Elle tombe à pic pour moi, qui suis maman d’une petite … de 23 ans. J’étais en train de remettre en question toute ma garde-robe de maman (!), car les difficultés que tu relates ne se cantonnent pas forcément aux 1ères années de vie de notre enfant. On réussit parfois à entrer dans notre rôle de maman (toujours en faisant de notre mieux) pendant de nombreuses années. Notre enfant grandit bien et finalement, un jour, il commence à se poser des questions , ses propres questions ( logique et souhaitable, même). Et voilà qu’il nous pousse à remettre en question tout ce qu’on cru bon de faire pour lui, de lui donner. Il prend de la distance.
    Alors, à la lecture de ta BD, j’ai pris une belle bouffée d’oxygène : j’ai toujours fait de mon mieux, pour mes enfants (ils sont tous différents, tous autant qu’ils sont) et aussi pour moi. Donc, finalement, je ne suis pas coupable. Et ma fille non plus. Elle grandit et cherche sa voie, sa place, sa garde-robe. Et je lui souhaite du fond du coeur de trouver ses clés.
    Encore une fois, merci pour ce texte qui me rend vraiment plus légère !
    Et ouiiii ! Il faut publier ça !!!!

    1. Hihihi ! C’est tellement ri en lisant « … une petite de 23 ans » hihi !
      Oh, mais oui, je comprends, c’est l’image de la maman canard qui laisse son caneton devenu grand, trouver sa propre voie <3
      Merci pour votre partage qui me touche profondément <3

  63. Oh oui super idée! Même sans encore maman, ça m’intéresse 😀 J’adore votre façon de mettre les choses à leur place avec explications pour vivre une vie plus juste pour soi-même, avec bienveillance, respect, amour et humour! Vivement le tome 4 et ce kit de survie!

  64. Pour travailler sur son histoire, on peut aller voir un·e thérapeute 😉 mais on peut aussi :
    1/// se mettre en couple
    2/// se mettre en couple et partir un mois dans un pays qu’on ne connaît pas et dont on ne parle pas la langue
    3/// avoir un enfant

    Merci de ce superbe partage

    Chaleureusement à vous trois

    Frédéric

    1. Merci Frédéric !
      Et quand on a fait les 4, tu crois que c’est parce qu’on aime les sensations extrêmes ? ;D
      Bon, entre les 4, c’est avoir un enfant qui a été le plus challengeant pour moi :p
      Chaleureusement

  65. Bonjour Armella 🙂
    voici plusieurs années que je lis votre travail de vulgarisation émotionnel, compréhension de nos besoins.
    Et je découvre avec grand plaisir ce tome de la « mère sacrificielle » dans laquelle je me suis reconnu, étant un père.
    Pour être plus précis, la mère de mes enfants est partie et m’a laissé élever les enfants seul.
    Dit autrement je suis famille monoparentale.
    La description ici du complexe des jeunes parents qui découvre la parentalité est très bien faite.
    Voici donc ma suggestion : pourriez-vous faire un tomme sur la monoparentalité afin de vulgariser nos besoins si intenses.
    La phrase qui m’a le plus parlé dans cet extrait de la « mère sacrificielle » est :
    « *Alors au final ma fille a un peu plus d’un an et demi au moment où je publie cette BD, tellement les tabous qu’il y a sur le sujet m’ont fait procrastiner ! :p »
    Un ou des sujets taboo font procrastiner …
    Mille merci pour cette évidence que j’avais sous les yeux sans la voir 🙂
    Si ma proposition vous intéresse, je suis prêt à vous aider.
    J’ai de la documentation et du réseau …
    Prenez soin de vous.

    Florian

    1. Bonjour Floriane !

      Merci pour votre partage !
      Ha ! Ça fonctionne aussi pour les papas, alors !
      Mon chéri et moi avions aussi remarqué qu’il avait ou avait eu des moments où il passait en mode « sacrificiel », et que ce sont les mêmes clés qui l’ont aidé à en sortir. Mais c’est très intéressant d’avoir le sentiment de quelqu’un d’autre là dessus !

      Merci pour votre proposition de livre, et d’aide !
      Je ne pense pas être capable de faire un tome entier sur la mono parentalité, mais je suis très intéressée pour en discuter avec vous, car cela pourrait m’aider si j’en parle un peu.
      Je vous contacte par mail la semaine prochaine 🙂

      (et oui, tout ce qui fait un frein, fait procrastiner… et il y a quantité de croyances culturelles ou personnelles qui peuvent créer un frein, je crois :p)

      1. Pour reprendre cet échange, oui les freins sont nombreux. Familiaux, sociaux, culturels ou tout simplement un déni social face à un vécu qu’une minorité partage. Et sans ce vécu, point de compréhension. Je parle d’ignorance. La parentalité est intense, la monoparentalité est fois dix, pour de multiples raisons.

        J’ai effectué une recherche bibliographique et rencontres d’acteurs « accompagnement monoparental » en France puis ailleurs, depuis trois ans. J’ai donc pour projet d’écrire un livre pour partager et vulgariser les problématiques monoparentales, que tout le monde croit connaître et qu’au final cela relève du déni social, voire d’un tabou.

        Il y a un parallèle à faire avec la problématique du réchauffement climatique ou l’effondrement de la biodiversité.
        La collapsologie est d’ailleurs très éclairante, après digestion des émotions évidemment …

        Pour terminer, la monoparentalité au masculin nous renvoie aussi à la relation homme-femme, à nos représentations des genres, et à l’égalité des Droits parentaux et à questionner la société dans son ensemble.

        Bref, beaucoup de choses à partager … 🙂
        Avec toute ma gratitude.
        Bien à vous.

        Florian

  66. Un grand merci pour cette BD qui vient me donner des pistes, même si je suis maman depuis 8 ans déjà…mais il n’est jamais trop tard pour les remises en question
    J’aimerais aussi le livret,et hâte de lire le tome 4

  67. Cette BD… Juste merci pour toutes les mamans!!! Tu sais, on a une boutique en ligne, qui va ouvrir bientôt, avec des produits issus de nos cueillettes dans des box pour les mamans. Je verrais tellement ta bd dans la box post partum!!! Et si un jour tu fais un livret… Oh comme j’aurais envie de le partager au monde entier. C’est si si si important ! Et tes illustrations… Sont si parlantes. Bref je suis fan. Contacte-moi si ce qu’on fait te parle. http://www.douladilune.com. Pour une éventuelle collaboration. Avec tendresse. Thaïs

  68. J’ai 63 ans et mes enfants au delà de 33, et pourtant ce partage éclaire la dépression post partum diagnostiquée seulement 16 ans après et qui a donc eu le temps d’imprimer ses dégâts. La même chose existe pour le « père parfait » il me semble, par contre une BD de vous qui pourrait leur parler… pour les pères du nouveau monde… une idée. Mon fils aîné est déjà concerné depuis plusieurs années et mon cadet va être papa très bientôt. Merci à vous et j’attend le 4ème tome des émotions. Belle journée.

  69. Merci ! <3 <3 <3
    J'ai moi aussi envie de laisser mon commentaire. Mes enfants sont plus grands maintenant, 11 et presque 13 ans. Cela n'a pas toujours été facile quand ils étaient petits, surtout l'équilibre travail, vie de famille, attentes du papa qui lui avait beaucoup de mal avec les enfants en bas âge. Je crois que le truc pour lequel je me mettais le plus de contraintes c'était le rythme du sommeil parce que ça répondait aussi à un de mes besoins, il fallait qu'ils dorment pour que je puisse me reposer. Aujourd'hui, ils sont mignons comme tout : ils me disent de faire des choses qui me plaisent parce que ça leur fait du bien de me voir épanouie. L'autre soir, je voulais aller voir un spectacle, ils m'ont encouragés à y aller alors qu'ils restaient seuls à la maison, trop fatigués pour me suivre, me disant "ça à l'air trop beau, vas y, tu feras des photos et tu nous raconteras " . Je crois que j'ai enfin définitivement arrêté de culpabiliser, je suis mon chemin avec un regard attentif sur eux et on est tous les trois plus sereins.

  70. Alors moi, mes enfants sont grands, mais merci d’avoir si justement posé le problème !
    On se sent beaucoup mieux une fois qu’on vous a lue, même si je n’ai pas plongé aussi profond après mes maternités (juste baby blues), et si j’ai trouvé naturellement la voie (j’ai su tout de suite que le sacrifice ne ferait de bien à personne), il y a toujours de bonnes âmes pour te rappeler ce que tu « devrais » faire…
    Ce n’est pas à nous à nous adapter à eux, ni à eux à s’adapter à nous, mais c’est une adaptation mutuelle et différente à chaque fois !
    Et bien non, tu as parfaitement trouvé les mots, j’ai été une maman à ma façon, et tant pis si ça ne plait pas à tout le monde : le tout c’est que mes enfants soient heureux !
    Et le cadre, c’est super important aussi si on ne veut pas tomber ans le vide…
    Un grand oui pour un petit livret : si ça ne me sert plus à moi personnellement, ça servira peut-être à mes enfants, et très sûrement à leurs amis qui en ont déjà l’expérience…
    Un grand oui aussi pour un tome 4 des « émotions, enquête et mode d’emploi »
    Et encore un grand merci pour vos formidables posts : ça a l’air tout simple comme ça, parce que c’est expliqué si simplement, mais on se rend bien compte que ça a dû prendre bien du temps et de la réflexion pour pouvoir devenir si clair. Donc merci, et continuez comme ça :

  71. très beau résumé de cette vie complètement différente que chaque maman ou papa vive lors de la venue d un enfant qui bouscule toutes les habitudes (surtout lorsqu on a 35 et 39 ans comme ce fut mon cas) On a tendance la première voir jusqu à la deuxième année à ne vivre qu en fonction de l enfant et si on n y prend pas garde on peut disparaitre insensiblement. Garder le juste équilibre est un effort de longue haleine jusqu à leur majorité ou jusqu au moment où ils trouveront l’âme soeur/ Avec beaucoup d Amour et de temps en temps du recul on peut créer un climat de confiance pour toute la famille et pour les amis/ Je vous souhaite une belle et longue vie dans la Joie et la Paix. Je vous embrasse bien fort

  72. un grand MERCI pour cette BD que je m’empresse de partager !
    un grand OUI pour une suite sur la thématique 🙂
    J’adore tes travaux (BDs, posters,…) et les recommande très souvent.
    Déjà dans les starting blocks pour le tome 4 😀
    Belle journée

  73. Bonjour Armella…et merci pour cette mini BD tellement sincère sur le postpartum et le problème de la surparentalité!
    J’anime des ateliers d’accompagnement à la naissance et je trouve que le sujet est de moins en moins tabou…il y a donc pas mal de questions qui sont exprimées par les jeunes mamans.
    Je trouve que ça serait une très bonne idée de faire un livret à usage des jeunes parents…la BD est un très bon support d’informations et de réflexion( ben oui…c’est pas à toi que je vais l’apprendre!)…je pense aux excellentes BD de Lucile Gomez sur la naissance par exemple.
    Bel été à toi! Dominique
    Merci encore pour tout

  74. Merci à tous pour vos commentaires, témoignages, encouragements, remarques qui me touchent sont apprenants aussi pour moi !
    Je répondrai à tous au fur et à mesure, mais je fais déjà un message général pour vous remercier !

    Comme j’ai eu des personnes intéressées pour diffuser cette mini-BD en format papier, et avec tous vos retours, je me dis qu‘éditer cette mini-BD peut déjà avoir un impact, en soi. Du coup c’est devenu un projet, et je suis en train d’en étudier la faisabilité ^^.
    Et je ferai sans doute un livre avec d’autres clés supplémentaires dans un 2ème temps. 🙂

    1. C’est très beau et encourageant de vous lire là Armella et de constater votre attention et votre réactivité.
      Merci jeune maman et plus.

  75. Merci pour cette petit BD qui me parle tellement. Petit avis personnel et sans jugement mais juste une vision différente de la tienne. Je crois pas trop à ce cercle du : si maman/papa va bien, bébé va bien car j’ai commencé à sortir de cette horrible dépression quand il a commencé a me laisser du temps, à dormir et jouer seul…de mon côté, j’essayais de survivre à ces 1er mois donc je changerai par « si bébé va bien, maman va bien » 😀
    Aussi, continuer à vivre, sortir, voir des amis….je l’ai fais pour pas sombré, mais franchement boire un café debout avec le gamin dans les bras, en chantant la reine des neiges jusqu’à ce que je me dise que je suis épuisée car c’est pas un bon moment ….dur dur de continuer sa vie 😀
    C’est fabuleux de vouloir aider les autres mamans! Avec l’expérience que j’ai eu, je souhaite aussi aujourd’hui aider 1 maman pour lui dire que « ca va aller »1000000 fois par jours si elle en a besoin! Merci encore pour ta BD!

  76. Bonsoir, j’ai déjà les 3 tomes sur les emotions, et ils sont si geniaux pour aider ma fille (et moi ) et depuis peu ils voyagent d’une patiente à l’autre (je suis sage femme). Lire cette nouvelle planche me parle tellement, et l’avoir en format papier en quelques exemplaires qui eux aussi vogueraient d’un parent à l’autre entre deux rdv, ce serait vraiment génial pour les parents que j’accompagne! faudra juste écrire suicide et non sucide et ce sera parfait 😉

    Tenez nous au courant de ces beaux projets!

  77. Bonjour Armella… à mon tour de te remercier pour cette mini BD…une image est parfois bien plus efficace qu’un long discours!
    J’anime des ateliers d’accompagnement à la naissance et ce thème de la déprime postpartum ou, tout du moins, de la vie avec bébé, commence à être exprimé beaucoup plus souvent grâce à quelques unes qui n’ont pas peur de passer pour une « mauvaise mère »ou de se sentir jugées.
    Oui, un petit livret serait le bienvenu pour servir de base de réflexion.
    Est-ce que le lien de ta miniBD pourrait être enregistré sur un site afin d’être diffusée à un public plus ciblé?
    Merci encore pour ce beau travail que tu fais pour rendre accessible des notions complexes et à ta sincérité.
    Je t’embrasse. Dominique

  78. Bonjour à toutes (mamans ou pas !), J’ai, encore une fois, adoré cette BD. J’attends avec impatience le kit de survie et le 4ème tome sur les émotions. C’est un art (en plus de bien dessiner) que de réussir à simplifier le tourbillon des émotions et sentiments qui nous traversent. Encore plus de réussir à donner des clefs, en toute bienveillance, pour y mettre de l’ordre. Je suis maman célibataire d’une enfant autiste asperger de bientôt 12 ans… Je suis HPI et si cela facilite parfois mon approche, à d’autres moments… Cela complique drôlement ! Ma méthode de survie fût l’humour ! Sous toutes ses formes ! Bien entendu, une remise en question des fausses croyances et un « équilibrage » ont également été nécessaires pour trouver une harmonie ! J’ai tellement ri en découvrant ta mini-BD ! C’est si vrai et courageusement révélé ! Bref, toutes mes félicitations ! C’est toujours un plaisir de te lire !

  79. Merci pour ce magnifique partage ! Merci de contribuer à déculpabiliser les mamans, à transmettre des connaissances et des clés pour ramener plus d’harmonie sur terre ! Quel bonheur de te lire à chaque fois !

  80. Comme beaucoup de commentaires précédent: merci.
    Il y a tout ce que j’aime, la concision dans les mots et les idées, la légèreté grâce notamment aux dessins et cela pour aborder des réalités multiples mais universelles…
    Une vrai aide pour évoluer vers un mieux être❤️
    J’attends avec grande attention le tome 4, tant de suspens autour de « oui mais moi je vis plutôt des expérience d’états « de renardo. Lui et moi avons hâte de lire des mots et voir des images qui pourraient bien resonner très puissamment.
    Merci encore

  81. Bonsoir Armella
    Merci de nous partager tes découvertes et de les mettre à portée des amatrices de BD.
    Ton analyse me parait juste. Je voudrais aller plus loin, questionner des croyances supplémentaires:

    1Pourquoi les parents doivent-ils s’occuper de leur enfant?
    Parents, pensez vous que votre enfant est incapable de se débrouiller seul, que vous êtes à son service jusqu’à…. sa majorité juridique? Pensez vous qu’il est petit et faible physiquement et psychologiquement? Un enfant dispose d’une capacité infini à attirer des gens. Dans un endroit passant, laissez une poussette avec un bébé (ou un enregistrement de bébé) qui pleure et observez le nombre de gens qui vont venir voir, s’intéresser, proposer de l’aide, s’en occuper ! La nature est bien faîte ! (dessin de Mogli dans le livre de la jungle ). A mon petit fils de 8 ans, vrai tyran de sa maman, j’ai pu dire: si je fais ce que tu veux et non ce que je veux, je vis ta vie et non la mienne. Si tu fais ce que je veux et non ce que tu veux, tu vas avoir envie de partir vivre ta vie, dès que possible. Cela me réjouis !
    Pour avoir regardé des cannes élever leurs petits, j’ai bien observé que si le petit ne « suit » pas, la mère finit par l’abandonner! Chacun a sa vie à vivre (pas celle de l’autre!), de son incarnation à l’arrêt de son corps. Je crois que mourir arrive toujours au bon moment. A l’entourage de faire en amont le travail de deuil, pour laisser chacun vivre sa vie. Merci Armella pour ces BD qui nous y aident.

    2 Pourquoi les parents vendent-ils leur enfant à l’Etat? En déclarant la naissance, moi parent j’ai vendu mes enfants à l’Etat français. Je n’en avais aucune conscience à l’époque. J’ai passé mon temps à faire des compromis et mes enfants l’ont bien senti. « C’est obligatoire », « tu dois » te vacciner, aller à l’école, rester assis, ne pas parler…..passer ton permis de conduire, adhérer à la sécu, la retraite…. porter le masque, obéir encore et toujours…. En contrepartie, l’Etat assure notre sécurité ? Une de mes enfants a ressenti très bien que je n’étais pas libre. Vers ses 14 ans elle m’a dit: Papa montre moi qu’on peut être heureux dans la vie ! Aujourd’hui, dans ma vie, je fais très attention au zéro compromis. J’ose dire « je n’ai pas envie » à une demande d’aide de mes enfants. Les relations sont différentes, plus sincères. Chacun joue moins un rôle qu’avant ma prise de conscience.
    Je kiffe cette vie.

    Nicolas

  82. Tellement merci à toi pour tes partages et pour la clarté de tes bd sur des sujets aussi sensibles et aussi vrais que celui là ! Tout ce que tu partages permet de déculpabiliser, de se connaître mieux et de suivre son propre chemin, quoi de plus essentiel, surtout quand on a des enfants? Je partage au large bien sûr (et je te rencontrerai avec grand plaisir, ma proposition tient toujours). Votre fille a beaucoup de chance d’avoir des parents comme vous, qui mettent de la conscience et une application sans fin à faire de leur mieux. Câlin avec les bras autour et mon amour dedans 🙂

  83. Vraiment magnifique BD, très belles illustrations et super contenu! Et très bonne idée le kit de survie psychologique du parent. Je suis infirmière puéricultrice spécialisée dans les émotions, souffrances parentales (dépression périnatale et Burnout parental) et avec des bases de mindfulness, si tu souhaites que l’on collabore ça serait avec plaisir. Tu m’as inspiré !

  84. Très intéressée par ce projet car sera d’une grande utilité ! Je suis professionnelle de santé et j’accompagne les familles dès la naissance et il est toujours intéressant d’avoir des ressources tel que des lectures qui aident aussi à prendre du recul. J’ai tous vos livres jusque là et je trouve particulièrement utile pour tous ! Merci pour ce beau travail 🙂
    Maud

  85. Merci Art’Mella! Toujours aussi génial 🙂 J’aurai aimé avoir lu tout çà avant d’avoir mon premier enfant il y a 23 ans! Tout aurait été plus simple… Je t’invite à publier …pour toutes les futures mères qui ont besoin de tes dessins pour prendre conscience et pour tous ces enfants qui ont besoin de l’empathie de leur mère épanouie pour bien débuter leur vie et s’épanouir eux-même!
    Merci … Et prends bien soin de toi et d’Océane… qui porte le même prénom qu’une de mes filles 🙂
    Avec tendresse

  86. Bonjour Armella, merci pour tes partages toujours très pertinents, clairs et très intéressants, j’adore tes BD !
    J’ai aujourd’hui 48 ans et ma fille va en avoir 20. Pendant 18 ans (jusqu’à ce qu’elle parte loin de la maison pour faire ses études), j’ai été complètement immergée dans le schéma de la mère sacrificielle et je me suis toujours faite passer après mon enfant, avec toutes sortes de culpabilités et doutes.
    Pendant 18 ans en fait, j’ai complètement vécu « entre parenthèse »… alors quand j’ai été maman, j’aurais vraiment énormément apprécié de lire une BD comme la tienne, qui brise l’un des nombreux tabous et chaînes dans lesquels les femmes ont été enfermées !
    Merci infiniment de participer à cette émancipation de la femme, pour qu’elle puisse enfin sortir de l’étouffement ancestral et rayonner ses infinies qualités et capacités !!!
    Bisous du coeur et bon courage à toi <3<3<3

    1. ❤️ Merci Art-Mella pour cette BD (et toutes les autres d’ailleurs qui irradient d’ondes positives )
      Maman depuis presque 5 mois, je lis (et relis) tes dernières planches quand ça ne va pas…
      J’ai clairement le mode « mère sacrificielle » qui s’est enclenché et par moment, j’ai l’impression de me faire happer par les besoins multiples de mon bébé (l’image du trou noir est tellement parlante ).
      Mais celle de la maman canne l’est tout autant
      J’ai hâte de découvrir tes prochains dessins ! (comme le tome 4). Sache que je suis ultra intéressée par l’idée du « petit livret de survie psychologique du jeune parent »

  87. Bravo pour ce lever de voile et merci ❤
    Maman solo depuis 16 ans je me suis rendue compte tardivement que je vivais dans le sacrifice et la culpabilité…j’en sors comme je peux et surtout de mon mieux !
    Flash inspiration : ta BD devrait être offerte dans les mallettes de naissance distribuées dans les maternités
    Merci Merci Merci

  88. Ouiiiii au guide de survie ! Et oui à tous tes prochains ouvrages aussi 🙂
    C’est super !
    J’envoie souvent le lien de ton site web à mes patients (je suis psychologue) et je leur prete tes BD, c’est vraiment top tout ce que tu fais !

    ET j’attendrais les autres pistes de parentalité avec grande joie (héhé je vais attendre que ca sorte pour faire un enfant du coup 😉 hihihi)

  89. Bonjour Armella, Merciii pour cette mini BD, cela fait un moment que je n'étais pas venu voir ton site… que d'évènements !
    Je suis fan et admiratif de ton travail et je parle de Toi autour de moi très fréquemment (Famille, amis, collègues de travail).

    Bravo pour cette nouvelle épreuve surmontée, Bravo à Vous deux ou devrais je dire vous trois…
    et excellente idée que de faire un livret de Survie sous forme d'une BD éditée.

    Je suis persuadé que les sage-femmes (ma belle fille est sage femme) seront nombreuses à être intéressées par cet ouvrage, elles s'occupent de l'accouchement certes mais aussi de tout se qui se passe avant et après la grossesse.
    Ce serait un excellent support pour elles dans la relation qu'elles tissent avec leurs patientes.
    Amitiés Sincères YP

  90. Je viens de lire le tome 1 des émotions, j'ai hate de lire la suite. C'est le meilleur cadeau qu'on m'ait fait! Votre livre est incroyable, un grand merci!
    Je viens de lire la BD sur le post-partum et j'en ai pleuré d'émotion tellement je me suis identifiée. Je vais pouvoir partager cette BD à mes patientes (jeunes mamans). Vous aidez beaucoup de personnes, votre travail est formidable! Merci!

  91. Très sympa merci pour ces vignettes 😉
    J'ai aussi entendu parler des Omega 3 dans le livre "guérir" de David servant Schreiber, comme quoi la mère donne une grande partie de ses Omega 3 (ultra nécessaire pour le bon fonctionnement du cerveau et donc de la positive attitude ;)) à son bébé, car lui aussi en a grandement besoin. Et comme le stock est assez limité chez la mère, elle se retrouve en carence et cela crée régulièrement des dépressions … Aussi

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
Partages